Missions – Ergonomie / Handicap

Le champ d’intervention de l’ergonome s’articule autour des 4 axes suivants :

  1. Adaptation de postes, maintien dans l’emploi, retour à l’emploi ;
  2. Amélioration des conditions de travail et prévention des risques professionnels ;
  3. Action de sensibilisation ;
  4. Accompagnement au changement et projet de conception.

Après analyse de la demande émanant de l’autorité territoriale, l’ergonome propose la/les démarche(s) d’interventions la/les plus appropriée(s) aux besoins de la collectivité territoriale.

Chaque intervention donne lieu à la rédaction d’un rapport reprenant son plan d’intervention et la formulation de ses préconisations d’ordre matériel, technique et/ou organisationnel.

Adaptation de postes / maintien dans l’emploi / retour à l’emploi

Objectif : Dans le cadre du maintien dans l’emploi, l’ergonome du CDG 68 intervient à la demande de la collectivité pour adapter les postes de travail et favoriser le maintien dans l’emploi des agents :

  • en situation de handicap et/ou avec des restrictions médicales,
  • en inaptitude partielle ou totale,
  • nouvellement recrutés, en situation de handicap,
  • dans le cadre des reclassements préconisés par le médecin de prévention, ou ayant fait l’objet d’un avis du comité médical et de la commission de réforme (sous réserve de l’aptitude de l’agent aux nouvelles fonctions, appréciée par le médecin de prévention).

Ces interventions s’intègrent pleinement dans le suivi médical de l’agent et font l’objet d’un retour d’information auprès du personnel de santé.

Elles se font en accord avec le médecin de prévention, la collectivité et l’agent concerné par la démarche.

Rôle de l’ergonome :

  • apporter son expertise en termes d’étude et d’adaptation de poste : analyse des contraintes du poste de travail en lien avec la problématique de santé de l’agent (entretiens, observations, mesures, etc.),
  • proposer des aménagements (matériel, organisationnel, humain), destinés à mettre en adéquation les exigences de la situation de travail avec l’état de santé de l’agent,
  • sensibiliser l’environnement professionnel de l’agent.

Accompagnement au retour à l’emploi :

À la suite d’un accident, une longue maladie, ou une maladie professionnelle (parfois récidivante), le retour à l’emploi peut nécessiter une réorganisation de poste, voire un aménagement spécifique pour la personne qui va revenir au travail, qu’elle travaille à son ancien poste ou non. Souvent, le retour à l’emploi doit également faire l’objet d’un accompagnement particulier de la personne.

La mission Ergonomie/Handicap peut vous apporter son expertise pour réaliser un diagnostic clair de la situation, aider à l’acceptation d’une nouvelle organisation, et proposer des aménagements adaptés pour un retour dans des conditions optimales.

En fonction des besoins identifiés, cet accompagnement peut être complété par l’intervention du psychologue du travail du Centre de Gestion par le biais d’entretiens permettant à l’agent d’exprimer ses craintes, de déterminer les facteurs d’engagement dans son travail pour accroître sa motivation et faire émerger les émotions positives.

  Fiche de demande d’intervention Maintien dans l’emploi (pdf - 921 Ko)
Version mai 2020 / pdf - 921 Ko

  Plaquette : Garder contact avec un agent absent, préparer son retour… (pdf - 226 Ko)
Version avril 2020 / pdf - 226 Ko

Les aides du FIPHFP :

Les solutions d’aménagement proposées peuvent faire l’objet d’une aide financière de la part du FIPHFP. En effet, le FIPHFP finance au cas par cas les aides techniques et humaines qui permettent aux employeurs publics de favoriser l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées, bénéficiaires de l’obligation d’emploi ou en situation d’inaptitude. Le Comité National du FIPHFP a également prévu des modalités d’intervention complémentaires pour les agents aptes avec restriction. Ces agents ont accès aux aides relatives à l’aménagement du poste de travail.

Les aides proposées par le FIPHFP ne sont pas accessibles « de droit » aux employeurs faisant état d’un besoin pour un agent éligible au catalogue. Le principe de prise en charge du surcoût lié au handicap demeure valable. En ce sens, le FIPHFP se réserve le droit d’accorder ou non la prise en charge d’une aide en fonction de la situation d’espèce.

Tous les employeurs publics même ceux qui emploient moins de 20 équivalents temps plein, peuvent bénéficier de l’ensemble des financements du Fonds.

Un catalogue des aides répertorie l’ensemble de ces aides par fiche thématique. Pour le consulter, cliquez ici.

  Le FIPHFP, les Bénéficiaires de l’Obligation d’Emploi (BOETH), etc. (pdf - 119 Ko)
Version juin 2020 / pdf - 119 Ko

Amélioration des conditions de travail et prévention des risques professionnels

L’ergonomie s’inscrit dans une démarche de prévention des risques professionnels à laquelle est astreinte l’autorité territoriale. En effet, l’article L.4121‐2 du Code du travail impose à chaque employeur « d’adapter le travail à l’homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux‐ci sur la santé, etc. ».

Objectif : Cibler les risques exacts auxquels sont exposés les agents. Accompagner la collectivité dans une meilleure maîtrise de ces risques à travers des préconisations adaptées et pérennes. Assurer des conditions de travail optimales afin de promouvoir et maintenir le bien-être physique, mental et social des agents.

L’ergonome peut accompagner les collectivités sur l’ensemble des métiers : administratifs, techniques, restauration scolaire, petite enfance, etc.

Il est possible de réaliser des études individuelles ou collectives en prévention des risques professionnels.

Rôle de l’ergonome :

  • prévenir les TMS,
  • conseiller sur l’aménagement d’un poste / d’un service existant ou à créer,
  • proposer des équipements de travail adaptés.

L’ergonome, au cours de son intervention, identifie les déterminants de la situation de travail et met en relief les facteurs de risques (biomécaniques, environnementaux, organisationnels et individuels) d’atteinte à la santé des agents et à l’efficacité du travail et propose des actions d’amélioration.

Les aides du Fonds National de Prévention (FNP)

Le FNP propose des aides financières aux employeurs mettant en œuvre des démarches de prévention. Ce fonds est alimenté d’une partie des cotisations versées à la CNRACL.

Trois axes de financement sont possibles, selon que la demande d’accompagnement porte sur des thèmes prioritaires (élaboration d’un diagnostic approfondi ou d’un plan d’action) ou sur d’autres thématiques.

De 2019 à 2022, les priorités sont :

  • pour l’axe métiers : les auxiliaires de puériculture, aides à domicile, aides-soignants, ATSEM, police municipale et métiers en lien avec le transport logistique. Le diagnostic devra porter sur l’ensemble des risques liés au métier et le plan d’actions sur au moins deux risques identifiés en sus d’une réflexion sur l’organisation collective de travail,
  • pour l’axe thématique : les transitions professionnelles et le travail sur écran,
  • pour l’axe structures : toutes celles d’accueil institutionnalisé pour personnes âgées (EHPAD, USL, etc.). La démarche s’inscrit dans une approche globale de la prévention des risques liés à la structure. Le diagnostic devra porter sur l’ensemble des dimensions liées à la structure et le plan d’actions sur au moins deux risques identifiés et/ou deux métiers en sus d’une réflexion sur l’organisation collective de travail.

Consultez-ici toutes les informations, conditions et documents vous permettant de déposer une demande d’accompagnement financier au titre d’une démarche de prévention.

  Fiche de demande d’intervention Ergonome (pdf - 958 Ko)
Version janvier 2020 / pdf - 958 Ko

Action de sensibilisation

Objectif : proposer le déploiement d’actions de sensibilisation adaptées à vos besoins dans le domaine de l’Ergonomie, du Handicap et de la Prévention des Risques Professionnels.

L’approche pédagogique est centrée sur une alternance entre phases théoriques et phases de mise en application.

Le contenu est basé autant que possible sur des situations de travail réelles des participants pour créer des mises en situation concrètes et ainsi favoriser le transfert de compétences sur le terrain.

Exemples de modules pouvant être proposés aux agents et aux élus de votre collectivité :

  • sensibilisation à la prévention des TMS liés aux gestes et postures aux postes de travail,
  • sensibilisation aux risques liés au travail sur écran (organisation, équipements, ambiances physiques et implantation des postes de travail),
  • la gestion du Handicap en milieu professionnel (maintien dans l’emploi, démarche de Reconnaissance de la Qualité de Travailleur handicapé (RQTH), etc.),
  • la sensibilisation du collectif de travail à la notion du Handicap en milieu professionnel (accueil d’un public en situation de handicap),
  • prévoir le retour à l’emploi d’un agent absent, etc.

Selon les besoins de la collectivité, la mission Ergonomie / Handicap peut vous proposer des sensibilisations spécifiques (ATSEM, Service technique, etc.) en créant des modules adaptés. Une intervention pluridisciplinaire est possible en mobilisant d’autres services du CDG 68.

  Fiche de demande d’intervention Ergonome (pdf - 958 Ko)
Version janvier 2020 / pdf - 958 Ko

Accompagnement au changement et projet de conception

Objectifs :

  • faciliter la prise en compte des besoins des utilisateurs dans la conception des espaces de travail et de vie,
  • anticiper et prendre en compte les impacts potentiels d’un changement en amont de sa mise en œuvre,
  • aider les équipes à se projeter dans cette activité future,
  • améliorer les conditions de travail des agents et les conditions de vie des usagers d’un bâtiment,
  • supprimer les incohérences et dysfonctionnements d’un bâtiment,
  • diminuer les coûts de la collectivité en intervenant en amont du projet.

Rôle de l’ergonome : Analyser les besoins sur un projet de construction, de réaménagement des locaux d’un poste de travail ou de réorganisations d’un ou plusieurs services et émettre des préconisations sur l’organisation, l’implantation des postes, les espaces de travail et les équipements.

Idéalement, l’ergonome doit intervenir le plus en amont possible d’un projet. On pense toujours qu’il est trop tôt, mais c’est faux.

Les collectivités peuvent solliciter l’ergonome pour différents types de projets architecturaux :

  • conception / rénovation de bâtiments : mairies, pôles enfance-jeunesse, écoles, médiathèques, services techniques, cuisines centrales, cantines scolaires, etc.,
  • conception / restructuration d’espaces de travail : espaces accueil, espaces administratifs, espaces lingeries – espaces plonge et salles de restauration, etc.,
  • conception / modification de mobiliers : banques d’accueil, plans de change, banques de prêt/retours médiathèque, etc.

Assistance à maîtrise d’ouvrage (AMOA) et programmation architecturale

L’ergonome participe à l’élaboration du programme en s’appuyant sur l’analyse des situations de travail et d’usages. L’analyse des besoins, construite grâce aux observations in situ et des entretiens, permet d’élaborer des schémas fonctionnels du futur bâtiment.

L’ergonome est aussi capable d’établir :

  • des exigences quantitatives : définir des besoins en surfaces (utiles nettes), en nombre, etc.)
  • des exigences qualitatives :
    • décrire l’activité qui se déroule dans chaque espace,
    • insérer des repères de proximité,
    • visuelles/auditives/perceptives,
    • résultant de dimensions psychosociales (confidentialité, sécurité, par exemple),

L’ergonome apporte au maître d’ouvrage une garantie supplémentaire quant à la prise en compte de l’ensemble des besoins en phase de concours. L’identification tardive d’un besoin utilisateur est un risque à éviter.

Travail coopératif avec l’architecte / bureaux d’études

En phase esquisse, l’objectif est d’aider l’architecte à la conception d’un espace fonctionnel en se basant sur l’analyse de l’activité et des scénarios d’usages futurs.

L’ergonome a un rôle important dans la mise au point du programme. En phase d’avant-projet sommaire et détaillé (APS et APD) il contribue à la définition des situations de travail future. Il peut être amené à implanter directement les postes de travail sur des maquettes (ou plans) à partir des plans fournis par l’architecte.

L’ergonome met en place une démarche participative afin d’impliquer les futurs utilisateurs. Cette démarche présente deux intérêts : d’une part, éviter l’omission d’éléments importants en validant les implantations avec les utilisateurs, d’autre part, accompagner les agents au changement en leur permettant de se projeter dans le futur bâtiment.

  Fiche de demande d’intervention Ergonome (pdf - 958 Ko)
Version janvier 2020 / pdf - 958 Ko